ZLECA : l'implication du secteur privé, un gage de succès

ZLECA : l'implication du secteur privé, un gage de succès
ZLECA : l'implication du secteur privé, un gage de succès
Le succès de la future zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) est tributaire de l'implication du secteur privé, a affirmé, mardi à Kigali, la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc, Miriem Bensalah-Chaqroun. 
 
La mise en œuvre et le succès de cette zone de libre-échange, dont le protocole de lancement devrait être signé, mercredi, par les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA), dépend de sa capacité à répondre aux besoins de l'entreprise, a souligné Mme Bensalah-Chaqroun lors du "Forum d'affaires" qui se tient dans la capitale rwandaise à la veille du 10ème Sommet extraordinaire de l'UA. 
 
Pour que cet accord de libre-échange atteigne ses objectifs, il est primordial qu'il fournisse des mécanismes de renforcement des chaines de valeurs existantes et encourage l'investissement industriel et le transfert du savoir-faire à travers des règles flexibles pendant les premières années suivant sa signature, a affirmé Mme Bensalah-Chaqroun qui intervenait dans le cadre de la séance plénière de ce Forum, aux côtés du président du Zimbabwe Emmerson Mnangagwa. 
 
L'accord de libre-échange doit également participer à la modernisation de l'agriculture, l'un des piliers de l'économie africaine, faciliter l'entrepreunariat et l'innovation et améliorer le doing business, a insisté la présidente de la Confédération.
 
Mme Bensalah-Chaqroun a en outre fait observer, lors de ce Forum qui se tient sous le thème “Tirer profit du pouvoir des entreprises pour stimuler l'intégration de l'Afrique”, que le commerce intra-africain atteint à peine 18%, contre 51% en Asie, 54% en Amérique du Nord et 70% en Europe. 
 
Ceci est le résultat de la faiblesse de la connectivité des réseaux de distribution et de transport en Afrique, mais aussi du manque d'industries de transformation et de ressources humaines qualifiées, a-t-elle expliqué. 
 
La présidente de la CGEM a également imputé cette situation aux grandes contraintes liées à la douane et à la faible connectivité digitale dans le continent. 
 
La zone de libre-échange continentale africaine vise à augmenter le commerce intra-africain de 35 milliards de dollars par an pour atteindre les 52% en 10 ans. L'établissement de cette zone se traduira par la création d'un marché africain commun de biens et de services de 1,2 milliard de consommateurs et la réalisation d'un Produit intérieur brut (PIB) de 2,5 billions de dollars. 
 
Ce "Forum d'affaires” a rassemblé chefs d'Etat, hauts responsables gouvernementaux et représentants du secteur privé et de la société civile africains ainsi que de plusieurs organisations régionales et internationales. 
 
Il a pour principal objectif la mobilisation des énergies et des potentialités du secteur privé et le développement d'un partenariat durable entre décideurs africains et chefs d'entreprises en vue d'accélérer le processus d'intégration du continent. 
 
Le Forum a été aussi une opportunité pour débattre et échanger les vues sur la transformation économique du continent par le biais de l'investissement et du commerce. 
 
La mise en place de la zone de libre-échange continentale et les opportunités qu'elle offre en termes d'expansion et de croissance pour les économies africaines a été le sujet fédérateur qui a focalisé les débats et les différentes interventions.