Réunion de travail entre le Vice-Président de la CGEM et la Ministre Egyptienne de l’Investissement

Réunion de travail entre le Vice-Président de la CGEM et la Ministre Egyptienne de l’Investissement

M. Hakim Marrakchi, Vice-président de la CGEM accompagné de M. Hamid Raji, Président du Conseil d’Affaires Maroco-Egyptien et de Mme Nabila Freidji, Présidente du Conseil d’Affaires des pays signataires de l’Accord d’Agadir, ainsi que des membres de la Confédération a reçu ce lundi 17 avril, son Excellence Mme Sahar Nasr, Ministre égyptienne de l’investissement et de la coopération internationale pour une réunion de travail.

Ont également assisté à la rencontre SE M. Ihab Jamaleddine, Ambassadeur d’Egypte au Maroc, M. Mohammed El Kettani, PDG du groupe Attijariwafa Bank ainsi que des membres du Conseil d’administration de la CGEM et du Conseil d’affaires Maroc-Egypte.

Cette rencontre qui s’est déroulée au siège de la Confédération a porté sur les mesures à mettre en œuvre en vue de favoriser le co-investissement entre les deux pays.

A cet effet, M. Marrakchi a notamment mis en exergue l’existence d’un tissu d’entreprises Marocaines à dimension régionale et qui pourraient être intéressées par une implantation en Egypte. Le Vice-Président de la CGEM a également donné un aperçu sur les potentialités d’investissement au Maroc à travers les différents plans sectoriels lancés par le Maroc et le rôle que pourrait jouer le Royaume en tant que hub vers l’Afrique de l’Ouest.

De son côté, Mme Sahar Nasr a rappelé la position stratégique de l’Egypte comme porte d’entrée vers les marchés du l’Afrique de l’Est et du Sud. La Ministre égyptienne a également mis l’accent sur le nouveau code d’investissement de son pays qui a permis de lever les difficultés que rencontrent les investisseurs étrangers.

Par ailleurs, M. Hamid Raji a mis l’accent sur les deux objectifs du centre d’affaires Maroco-égyptien, à savoir trouver des solutions aux obstacles et identifier les synergies entre les deux économies. Il a appelé à mettre en place des task-force entre les secteurs public et privé en vue de fluidifier l’acte d’investir.