La présidente de la CGEM plaide pour l'émergence d’une économie verte capable de faire face aux changements climatiques

La présidente de la CGEM plaide pour l'émergence d’une économie verte capable de faire face aux changements climatiques

         

La présidente de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah Chaqroun, a plaidé, jeudi à Casablanca, pour l’émergence d’une nouvelle économie verte capable de faire face aux effets des changements climatiques et qui s’inscrit dans la durabilité.

S’exprimant à l’ouverture de la 1-ère édition du Forum "Entreprises Climat Maroc" de la CGEM, Mme Bensalah Chaqroun a averti que "tous les indicateurs montrent que la maitrise du réchauffement climatique à travers une action immédiate, ferme et volontaire, forte et durable est une urgence", relevant que c’est le secteur privé qui subira les contraintes d’atténuation et entreprendra les investissements d’adaptation pour l’émergence de l’économie verte.

Elle a tenu à assurer que les entreprises apportent déjà des solutions remarquables et économiquement viables à travers l’innovation et les technologies à la fois en termes de réduction des émissions ou d’adaptation au changement climatique, relevant toutefois que l’entreprise a besoin aujourd’hui d’outils d’accompagnement et de visibilité, notamment une gouvernance climat avec une implication plus importante du secteur privé, la facilitation de l’accès aux nouvelles technologies et la mise en place de formations adaptées aux nouveaux métiers climat.

"Nous en sommes pleinement conscients et convaincus que l’entreprise est au cœur de la mutation attendue de nos sociétés, un partenaire de premier plan, pour contenir l’ampleur du changement climatique et ses impacts attendus", a-t-elle dit, expliquant dans ce sens que c’est le secteur privé qui devra transformer ce qui est perçu comme un frein au développement, en opportunité, en levier de croissance prospère à travers l’émergence d’une nouvelle économie verte qui consomme mieux.

Les Etats sont appelés aujourd’hui à considérer les mutations qu'ils doivent opérer pour en finir avec l’ère des combustibles fossiles et mettre en place les conditions d’émergence d’une nouvelle forme d'économie, a insisté Mme Bensalah Chaqroun, réaffirmant que le secteur privé est prêt et disposé à collaborer avec les gouvernements en ce sens.


Elle a rappelé, dans ce cadre, que le 16 novembre dernier, à l’initiative de la CGEM, un total de 47 patronats mondiaux ont signé la déclaration de Marrakech, à travers laquelle les patronats s’engagent à être un partenaire responsable, ajoutant que le nombre de grandes entreprises qui ont pris publiquement des engagements climatiques a plus que doublé depuis la COP21.


"Au total, 471 entreprises représentant une capitalisation boursière de plus de 8 milliards de dollars ont pris plus d'un millier d'engagements ambitieux en faveur de l'action climatique, elles sont de toutes les régions du monde et de tous les secteurs", a précisé la présidente de la CGEM.


Evoquant la place du continent africain dans la lutte contre les changements climatiques, Mme Bensalah Chaqroun a souligné que les pays africains ont déjà pris des engagements ambitieux sous l’Accord de Paris, estimant que cette tendance devrait se poursuivre à l’avenir.


"Dans la lutte contre le changement climatique, l’Afrique doit être au centre de nos préoccupations car notre continent est le plus vulnérable aux effets de ce changement, et a surtout besoin d’adaptation", a-t-elle relevé.


Et d’ajouter que ce Forum, placé sous le thème "La nouvelle économie à bas carbone et résiliente au changement climatique : opportunités pour les entreprises africaines", ambitionne de faire le point sur l’évolution de la problématique du climat et son impact sur les acteurs économiques, mais aussi de créer un cadre d’échange et de partage pour les patronats africains, autour de leurs visions, initiatives et actions climat.


L’ouverture de cette première édition a été marquée par la signature d’un mémorandum d’entente entre le Secrétariat d’état auprès du ministère de l’énergie, des mines et du développement durable, chargé du développement durable et la CGEM.


Par ailleurs, la première réunion du Réseau Marrakech Business Action For Climate "MBA4 Climate" aura lieu en marge du forum. Elle sera consacrée à l’organisation et au mode de fonctionnement du réseau et aux actions à mener en vue de la participation du secteur privé à la COP23.


Créé par la CGEM lors de la COP22, le réseau MBA4Climate compte aujourd’hui 47 patronats mobilisés pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, l’accompagnement des gouvernements à tenir leurs engagements pris dans le cadre de cet accord et la promotion de l’émergence de la nouvelle économie verte qui se dessine.


Le forum "Entreprises Climat Maroc" s’inscrit dans le cadre de l’initiative lancée par la confédération en octobre dernier et qui porte le même nom. Il s’agit d’une vision climat du secteur privé visant à renforcer les capacités des entreprises dans la Gouvernance Climat, pour qu’elles puissent accéder à l’économie à bas carbone et résiliente au changement climatique. Le plan d’action 2017/2018 de cette initiative comprend 44 actions et événements.