La douane marocaine joue un rôle pionnier dans la facilitation des échanges commerciaux

La douane marocaine joue un rôle pionnier dans la facilitation des échanges commerciaux
Les participants à une conférence, tenue mardi à Rabat, ont mis en exergue le rôle pionnier que joue l'Administration des douanes et impôts indirects (ADII) dans la facilitation des échanges commerciaux et la création d'un environnement commercial sûr.
 
Le Maroc applique les normes et standards adoptés par les organisations internationales, notamment l'Organisation mondiale des douanes (OMD) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC), pour faciliter les échanges commerciaux et assurer une prestation de service de qualité aux opérateurs économiques nationaux et internationaux, a indiqué le directeur de la Facilitation et de l'informatique à l'ADII, Lhassane Hallou, lors de cette conférence organisée sous le thème "Un environnement commercial sûr au service du développement économique".
 
L’ADII adopte également une "démarche orientée vers ses clients issus aussi bien du secteur public que privé et opte pour la simplification des procédures douanières", a noté M. Hallou, relevant qu’elle procède aussi à l’intégration des nouvelles technologies de l’information pour réaliser ce même objectif. 
 
Pour sa part, le vice-président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Hakim Marrakchi, a mis en avant le rôle des services douaniers dans la lutte contre les transactions illicites "qui obèrent l'activité commerciale normale".
 
La douane doit assurer les conditions d’un environnement commercial sûr qui est censé favoriser la concurrence et l'innovation et booster les investissements et ce, dans le but ultime de créer une économie "saine issue de la concurrence loyale", a jugé M. Marrakchi.
 
Un commerce sûr est le point de départ de l'innovation, de l’investissement et de la recherche, créateurs d’emploi et de davantage de prospérité économique, a-t-il martelé. 
 
De son côté, le président de l'Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), Karim Tazi, s’est félicité du partenariat AMITH-ADII, qu’il a qualifié d’"exemplaire", particulièrement au niveau de l’export, affirmant que toutes les requêtes formulées par l’Association à l’ADII ont été traitées.
 
Durant ces deux dernières années, le secteur du textile au Maroc a connu une "progression exceptionnelle" grâce aux avantages compétitifs majeurs qu’il offre, notamment une douane à l’écoute et "extrêmement réactive", a expliqué M. Tazi, notant que les services de l’ADII ont contribué de manière considérable à la facilitation des échanges commerciaux. 
 
Pour créer un environnement commercial sûr, il est important pour la douane de développer les synergies entre ses différents partenaires institutionnels, a dit El Aid Mahsoussi, ancien secrétaire général du ministère du Commerce extérieur, dans une déclaration à la MAP peu avant la conférence.
 
La douane doit aussi intégrer davantage le secteur privé, premier bénéficiaire de cet environnement et contributeur à sa création, a ajouté M. Mahsoussi.
 
Cette rencontre témoigne de l’intérêt particulier qu’accorde la douane marocaine à l’entreprise et au monde des affaires, qu’elle place au centre de ses préoccupations, a-t-il poursuivi. 
 
Cette conférence s'inscrit dans le cadre du programme d'activités culturelles, artistiques, sociales et sportives organisées par l’ADII du 22 au 28 janvier, à l'occasion de la Journée internationale de la douane (26 janvier), célébrée cette année sous le thème "Un environnement commercial sûr au service du développement économique".