La CGEM lance à Casablanca le Guide des produits financiers pour l'Afrique

La CGEM lance à Casablanca le Guide des produits financiers pour l'Afrique

La commission "Financement des entreprises" de Confédération générale des entreprises du Maroc a annoncé, jeudi à Casablanca, le lancement du "Guide des produits financiers pour l’Afrique", un nouvel outil qui propose un recensement des différents produits des institutions financières proposés aux opérateurs économiques pour les accompagner dans leurs opérations d’export ou d’investissement à l’international et en Afrique. 


Fruit d’une étude réalisée par le cabinet "Mazars Audit & Conseil" suite à la demande de la CGEM, ce guide décliné en version digitale a été dévoilé par la présidente de la commission "Financement des entreprises" de la Confédération, Leila Chenaoui, lors d’un séminaire qui a réuni plus de 100 entreprises membres de la CGEM opérant dans divers secteurs. 

Ce guide digital permet de présenter les produits, les outils et les mécanismes financiers dont tout opérateur marocain, exportateur ou investisseur, peut disposer pour se développer à l’international de manière générale et en Afrique plus particulièrement, a expliqué à cette occasion Mme Chenaoui, précisant que "les offres des établissements de crédit, des institutions financières internationales, des capitaux-investisseurs, des assureurs-crédit, des organismes de garantie ou l’accompagnement financier de l’Etat y figurent". 

La commission "Financement des entreprises" a fait le constat de l’absence d’outils financiers, ou une présence non-adéquate de solutions financières destinées notamment aux TPME/PME pour leur développement en Afrique, a-t-elle relevé, notant que c’est dans ce cadre qu’elle a mandaté le cabinet Mazars Audit & Conseil pour l’élaboration d’une étude qui recense à la fois les produits existants, dont peuvent bénéficier les opérateurs marocains ainsi que la réalisation d’un benchmark à l’international et d’une enquête terrain qui a permis de tirer des conclusions sur les attentes et les besoins des opérateurs économiques. 

Elle a, en outre, fait valoir que ce nouveau guide présente également tous les produits et leurs conditions d’éligibilité proposés par les institutions financières internationales, les organismes d’assurance-crédit et de garantie. 

Ce document dévoile aussi l’ensemble des informations relatives à la politique d’investissement des capitaux-investisseurs (ticket d’investissement, zone d’investissement, chiffres d’affaires ciblés des entreprises, secteurs d’intervention…) et les détails relatifs aux programmes financiers et d’appui publics gérés par le Secrétariat d’Etat chargé du Commerce extérieur, a-t-elle ajouté. 

De son côté, Abdou Souléye Diop, président de la commission "Afrique et relation Sud-Sud", a souligné que le Maroc s’est inscrit, depuis plusieurs années, dans une dynamique Sud-Sud qui favorise le co-développement entre le Royaume et les pays africains, faisant observer que "si au départ les grandes entreprises seulement tentaient de percer les marchés africains, la donne a aujourd'hui changé car le contexte de développement des affaires a évolué". 

Les tournées royales dans différents pays de l’Afrique de l’Ouest, de l’Est, Centrale, Australe ou du Sud ont été un gage du souhait du Maroc de développer des partenariats avec les pays africains, a-t-il rappelé, faisant remarquer que plusieurs projets se sont alors développés dans différents secteurs et de plus en plus d’opérateurs marocains expriment leur intérêt d’investir en Afrique, que ce soit en exportant leurs produits et services ou en y investissant. 

Il a, dans ce contexte, soutenu que le recensement des produits financiers proposés par les institutions financières révèlent une multitude de produits et services mais, dans une large proportion, ces produits sont méconnus. 

C’est dans ce cadre que la Commission "Financement des entreprises" de la CGEM a mandaté "Mazars Audit & Conseil" pour mener une étude qui a permis de dresser un panorama des produits financiers existants sur le marché, a ajouté M. Diop.